Publié le 9 mars

LA STARTUP ROUENNAISE MONIBRAND ANNONCE UNE LEVÉE DE FONDS DE 430 000 EUROS AUPRÈS DE NORMANDIE PARTICIPATIONS ET DU CRÉDIT AGRICOLE INNOVE EN NORMANDIE

 

Monibrand lance la première solution technologique française apportant aux marques transparence, protection et optimisation sur leurs campagnes de liens sponsorisés en lignePlateforme Saas de veille concurrentielle avec impact, la startup martech Monibrand (monibrand.com) annonce sa levée de fonds d’amorçage de 430 000 euros effectuée auprès de Normandie Participations, du Crédit Agricole Innove en Normandie et soutenue par Bpifrance, pour un financement total non dilutif de 850 000 euros. Fondée par deux entrepreneurs rouennais, Monibrand s’inscrit dans le marché des liens sponsorisés (paid search), qui représente plus de 2,275 milliards d’euros en France, pour protéger les marques et leur visibilité sur les moteurs de recherche. La startup entend ainsi redonner aux entreprises de la clarté et du contrôle sur leurs dépenses marketing en identifiant tous les annonceurs, concurrents, affiliés ou fraudeurs qui parasitent leurs liens sponsorisés et en les aidant à se réapproprier leurs espaces en ligne.

 La startup martech Monibrand annonce sa première levée de fonds après une version bêta d’une année, qui lui aura permis de développer sa solution en lien étroit avec une quinzaine de clients tels que Lacoste, Cofidis, Conforama ou encore Pandora. Ce premier tour de table permettra à Monibrand d’augmenter ses capacités internes pour accompagner au plus près les projets de ses clients et accroître son volume d’opérations ainsi que sa couverture web.

Adresser une problématique jusqu’ici restée sans réponse

L’idée derrière Monibrand émerge alors que Jérémie Lipfeld et Mathieu Robine, deux entrepreneurs rouennais, sont à la tête d’une agence spécialisée dans la lutte contre la contrefaçon en ligne. Chez leurs clients, un cas d’usage émerge et prend de l’ampleur : réussir à identifier et agir contre les entreprises qui squattent les espaces sponsorisés liés à leur nom de marque, tentant ainsi de détourner leurs clients et leurs prospects. Pour répondre aux impératifs d’instantanéité, de simplicité de gestion et de puissance de traitement de leurs clients, Jérémie et Mathieu décident de créer Monibrand sur un modèle de plateforme Saas. Après quelques mois d’existence seulement, la startup rejoint l’accélérateur Fast Forward Normandie (FFWD), puis intègre le Village by CA et Normandie Incubation, ce qui lui permet de structurer son discours et sa stratégie tout en développant sa technologie et son portefeuille client.

Le search, marché colossal et zone de non droit

Le lancement de Monibrand intervient alors que le marché de la visibilité en ligne explose pour les entreprises, notamment poussé par le e-commerce et la navigation mobile. Aujourd’hui en France, les marques dépensent près de 2,275 milliards d’euros chaque année dans leurs stratégies de paid search, soit dans la publicité en ligne sur les moteurs de recherche uniquement. Alors que la concurrence fait rage sur les espaces en ligne et implique une large typologie d’acteurs aux intentions variées, les marques sont malgré elles poussées dans une course à la visibilité aux règles et aux systèmes de dépense complexes, voire illisibles. En identifiant de façon exhaustive et en temps réel les acteurs qui parasitent leurs résultats, Monibrand permet aux marques de faire baisser la pression concurrentielle sur les liens payants grâce à un système d’alerte, et ainsi d’optimiser leurs budgets publicitaires.

Jérémie Lipfeld et Mathieu Robine, co-fondateurs de Monibrand, expliquent :

“La publicité en ligne et l’achat de liens sponsorisés sont devenus des impératifs pour les marques qui veulent rester compétitives, car de nombreux acteurs sans scrupules viennent parasiter leurs pages de résultats. Imaginez qu’une enseigne de mode vienne coller une affiche à son nom sur la devanture de son concurrent. C’est inimaginable sur un magasin physique, pourquoi en serait-il autrement en ligne ?

Alors que les régies publicitaires se replient derrière leur statut d’hébergeur et laissent les acteurs se livrer à une compétition féroce – parfois à la limite de la concurrence déloyale -, les marques ont absolument besoin de comprendre les stratégies qui se déploient à leur insu pour réussir à se réapproprier leurs espaces, et survivre non seulement en ligne, mais aussi sur leur marché”.